Conférences passées

La société à mission

Renaud Mortier

Lundi 7 décembre 2020

Webconférence de Monsieur Renaud Mortier, professeur des universités, faculté de droit et de science politique Rennes I. Avec le concours de Monsieur Cédric Dubucq, avocat au barreau d’Aix en Provence.

Depuis le 4 janvier 2020 (entrée en vigueur du décret n°2020-1 du 2 janvier 2020 relatif aux sociétés à mission), toute société commerciale peut adopter le statut de société à mission institué par la loi PACTE (C. com., art. L. 210-10 à L. 210-12), pour peu qu’elle soit par ailleurs dotée d’une raison d’être statutaire, « constituée des principes dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité » (C. civ., art. 1835 in fine). La société à mission doit en sus préciser dans ses statuts « un ou plusieurs objectifs sociaux et environnementaux que la société se donne pour mission de poursuivre dans le cadre de son activité » (C. com., art. L. 210-10, 2°). L’exécution de la mission est contrôlée par un « comité de suivi » interne, ainsi que par un organisme tiers indépendant (OTI) externe. Les conditions posées par la loi doivent être scrupuleusement respectées, sous peine de faire perdre à la société à mission son statut vertueux. Comme cela était déjà le cas depuis près de dix ans à l’étranger, où ce type de société est apparu (benefit corporations de droit nord américain), nombre d’entreprises (et non des moindres : MAIF, CAMIF, SNCF, Groupe Rocher, etc.) ont déjà cédé aux charmes de la société à mission. Pour quelles raisons, et sous quelles conditions ? De nombreuses questions se posent : Sur le plan pratique : qu’est-ce véritablement qu’une société à mission ? Quelle peut être sa « raison d’être » ? Quel sont les objectifs sociaux visés ? Quels sont les principes auxquels il est fait référence ? Quelles conditions subordonnent la revendication du statut de société à mission ? Quels sont précisément les contrôles de la véracité et de l’effectivité de cette revendication ? Mais aussi et peut-être surtout, quels sont les objectifs et avantages attachés à la revendication du statut, hors ceux habituellement cités : donner du sens aux activités de l’entreprise en fédérant les équipes autour d’une ambition commune (actionnaires, salariés, partenaires), améliorer l’image de marque de l’entreprise en affirmant sa raison d’être auprès de ses parties prenantes, collaborer avec une pluralité d’acteurs dans le domaine de la mission que l’entreprise s’est fixée, améliorer la performance économique de l’entreprise grâce à l’innovation, se protéger contre les rachats hostiles, améliorer la marque employeur ?

Autant de questions auxquelles vous obtiendrez réponse en les posant à l’occasion de la conférence du Professeur Renaud Mortier à laquelle nous vous convions à assister le 7 décembre 2020 dans le cadre de nos Conférences du Lundi.

Consulter la présentation de Monsieur Renaud Mortier
Ces documents soumis à la protection des droits d’auteurs, ne peuvent être reproduits,
totalement ou partiellement, sans l’accord préalable de leurs auteurs respectifs.

Vidéo de la conférence (1h45)

Le commerce des autorisations administratives à objet économique (AAOE)

Jean-Victor Maublanc

Lundi 25 janvier 2021

Conférence de Monsieur Jean-Victor Maublanc, maître de conférences à l’université de Poitiers, lauréat du prix Droit & Commerce 2019, avec le concours de Guillaume Valdelièvre, avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation.

Les autorisations administratives figurent parmi les objets de commerce les plus méconnus qui soient. Conditionnant l’exercice de nombreuses activités économiques et souvent contingentées, elles sont dotées d’une valeur économique dont leurs titulaires peuvent chercher à tirer profit en les monnayant auprès de tiers. Les quelques exemples bien connus – licence de téléphonie mobile, de débits de boissons, de pharmacie, autorisation de mise sur le marché de médicaments ou de produits biocides, charges des officiers publics et ministériels, licences de taxis ou plus récemment quotas d’émission de gaz à effet de serre – ne rendent compte ni de l’ampleur du phénomène, ni de la complexité des échanges auxquels les autorisations administratives donnent lieu. La légalité de ces opérations pose également question, un marché officieux prospérant en marge de celui reconnu par l’État. Dans certains cas, celui-ci est même à l’origine de l’échange, convaincu des vertus du marché pour allouer ces instruments de sa régulation ou, plus certainement, incité en ce sens par l’Union européenne. Au carrefour du droit commercial, du droit public économique, du droit administratif mais aussi du droit de la concurrence et du droit des biens, le thème du commerce des autorisations administratives invite à dépasser le cloisonnement des disciplines juridiques pour appréhender dans sa globalité un mécanisme dont le ressort est d’abord économique.

Consulter la présentation de Monsieur Jean-Victor Maublanc
Ce document soumis à la protection des droits d’auteurs, ne peut être reproduit,
totalement ou partiellement, sans l’accord préalable de son auteur respectif.

Vidéo de la conférence (1h35)

Points de vue dynamiques sur la rémunération des dirigeants

Isabelle Grossi

Lundi 19 octobre 2020

Webconférence de Madame Isabelle Grossi, maître de conférences, AMU (Aix-Marseille-Universités).

Avec le concours de Sébastien Brunet, avocat au barreau de Toulouse, et Benoit Courtillé, avocat au barreau de Lyon

La question de la rémunération des dirigeants sociaux est de manière récurrente au cœur des débats médiatiques aussi bien que des préoccupations judiciaires et législatives et de celles de l’ensemble des acteurs sociaux, actionnaires, syndicats salariés ou professionnels. L’actualité textuelle sera l’occasion d’aborder la thématique des sociétés cotées, avec la modification des règles du « say on pay » opérée, en application de la loi Pacte, par l’ordonnance et le décret du 27 novembre 2019. L’actualité jurisprudentielle, permettra quant à elle, d’une façon plus générale, de tenter d’identifier les pratiques autorisées et celles prohibées. Quels sont les risques encourus ? Comment les prévenir ? Quel équilibre assurer ? Autant de questions qui seront abordées, selon divers points de vue, sans négliger le prisme du contexte sanitaire actuel.

 

Consulter la présentation de Madame Grossi
Ces documents soumis à la protection des droits d’auteurs, ne peuvent être reproduits,
totalement ou partiellement, sans l’accord préalable de leurs auteurs respectifs.

7èmes Assises Nationales de la Prévention

Bordeaux

Vendredi 18 septembre 2020

« La prévention des difficultés des entreprises : Solutions efficaces et perspectives à la veille des réformes ».

Webconférence 14 heures à 18 heures

Programme

Les pratiques commerciales dans la crise sanitaire

Frederic Buy

Lundi 15 juin 2020

Webconférence de Monsieur Frédéric Buy, professeur agrégé, Aix-Marseille Université.

Le déséquilibre significatif & les ruptures brutales, un an après les ordonnances EGalim et en pleine crise sanitaire : quels changements ? quelles décisions ? quelles stratégies ?

Le droit des pratiques commerciales déloyales est, en l’espace de quelques années, devenu incontournable pour les praticiens de droit des affaires. Forgé au départ pour discipliner la grande distribution alimentaire, il a rapidement acquis le statut d’un « droit des contrats bis », logé dans le code de commerce. Ce droit est sous les feux de l’actualité à double titre. D’abord, parce qu’il a été entièrement refondu il y a un an, par une ordonnance du 24 avril 2019 prise en application de la loi EGALIM. Ensuite, parce que l’application de ce corps de règles est bien sûr bousculée par la crise sanitaire et économique que nous vivons actuellement. L’occasion nous est ainsi donnée de faire le point sur une réforme encore récente (en particulier sous l’angle des questions du déséquilibre significatif et de la rupture brutale), mais aussi sur l’actualité jurisprudentielle de l’année écoulée, car une grande partie des règles anciennes demeurent applicables. Au fil de l’eau, nous verrons également dans quelle mesure la crise perturbe le droit du déséquilibre et des ruptures brutales. Nous mettrons en lumière les difficultés pratiques et insisterons sur les stratégies à adopter ?

Voir la présentation de la conférence
Replay de la conférence

Les chausse-trapes de la location financière

TC Paris

Lundi 9 mars 2020

Conférence de Madame Edith Merle, président de chambre honoraire du tribunal de commerce de Paris.

La location financière met en présence un fournisseur, souvent prestataire de services, le client locataire, une société de location financière, dans des domaines variés (matériels et services informatiques, véhicules utilitaires, engins de chantier…).

Comme toute opération entre trois personnes, elle comporte de nombreuses chausse-trapes, y compris pour le juge. Celui-ci, saisi d’un contentieux important, doit en effet analyser et qualifier ces opérations complexes, se pencher sur de nombreux aspects techniques du droit (commercial, civil, de la consommation…), relever des questions d’ordre public, tout en devant jongler avec l’application dans le temps des textes concernés.

Cette conférence a fait l’objet d’un article, paru dans la Revue de Jurisprudence Commerciale, mai-juin 2020, Numéro 3
Lire l’article

Chambres commerciales internationales, Code européen des affaires et autres initiatives récentes…, much ado about nothing ?

TC Paris

Lundi 3 février 2020
En la grand’chambre de la Cour de cassation – 18h

Conférence de Monsieur le professeur Cyril Nourrissat, professeur des universités.

Cette conférence a fait l’objet d’un article, paru dans la Revue de Jurisprudence Commerciale, mars-avril 2020, Numéro 2
Lire l’article

6èmes Assises nationales de la prévention

Tribunal de commerce Paris

Lundi ​2 décembre 2019
Tribunal de commerce de Paris

Organisées à l’initiative de Droit & Commerce.

La prévention « à la française » connait des jours glorieux à l’heure où la directive du 20 juin 2019 paraît l’offrir en modèle à tous les Etats membres dont la législation ne connait pas encore ces procédures de pré-insolvabilité que ladite directive regarde comme désirables. Cet hommage discrètement rendu à nos procédures amiables ne doit pas nous dispenser de continuer à les passer au crible de la critique des praticiens et universitaires réunis à l’occasion des Assises de la prévention. C’est le programme qui est assigné à cette édition 2019 avec un intérêt tout particulier qui sera porté à l’ordonnance de transposition que nous annonce la loi PACTE, dont il est intéressant de se demander dans quelle mesure elle va devoir modifier notre législation déjà très complète lorsqu’il est question d’anticiper le traitement des difficultés d’un débiteur.

17h30 : Première table ronde présidée par Philippe Peyramaure : « La prévention, une affaire d’État ? »

Intervenants :
Monsieur Louis Margueritte, secrétaire général du comité interministériel de restructuration industrielle.

Monsieur Julien Rosier, adjoint au chef du bureau du droit de l’économie des entreprises.
Monsieur Stephen Almaseanu, vice procureur au Parquet de Paris, Section F2
Monsieur Dominique-Paul Vallée, délégué général à la prévention (des difficultés des entreprises) du tribunal de commerce de Paris.

18h30 : Seconde table ronde présidée par François-Xavier Lucas, professeur à l’université Paris I (Panthéon-Sorbonne): « La prévention, dans d’autres États »

Intervenants :
Monsieur Patrick Ehret, rechtsanwalt – avocat (AMCO) (approche du droit allemand).

Monsieur Fabio Macri, avocat (approche du droit italien)
Madame Joanna Rousselet, administrateur judiciaire (approche du droit français).
Monsieur François-Xavier Lucas, professeur à l’université Paris I (Panthéon-Sorbonne), regard comparatiste sur la prévention & propos conclusifs.

programme

Cette conférence a été suivie d’un dîner-débat réservé aux adhérents de l’association

programme du dîner

Le droit à l’épreuve de l’intelligence économique

Tribunal de commerce Paris

Lundi ​14 octobre 2019
Grande salle d’audience du Tribunal de commerce de Paris – 18h

Conférence de Monsieur Thomas Courbe, directeur général de la direction générale des entreprises, commissaire à l’information stratégique et à la sécurité économique.

Contrôle des investissements étrangers – Les sanctions extraterritoriales – Vers une loi de “blocage” ?

Les enjeux politiques, économiques et sociaux de la sécurité et de l’intelligence économique sont colossaux.
Le monde de l’entreprise et singulièrement le monde juridique sera désormais appelé à maîtriser les évolutions législatives et réglementaires, tant celles issues de la loi PACTE que les nouvelles questions juridiques soulevées par la protection des actifs immatériels et des données non personnelles des entreprises.
Ce domaine sera au cœur des préoccupations de nos sociétés dans les années à venir. C’est pour en améliorer l’efficacité qu’ il a été intégré dans les rérogatives de la direction générale des entreprises du ministère de l’économie dont, exceptionnellement, le directeur a bien voulu accepter notre invitation.

ConferenceDroitEtCommerce14102019.

La protection du secret des affaires

Tribunal de commerce Paris

Vendredi 20 septembre 2019
Conférence décentralisée à la faculté de droit d’Aix en Provence

Animée par Marc Ringlé, avocat au barreau de Marseille, ancien bâtonnier de l’ordre, administrateur de de l’association Droit & Commerce.

15h00 : Le secret dans la vie des affaires : une longue histoire entre transparence et contingences
Jean-Philippe Agresti, professeur des universités AMU, doyen de la faculté de droit et de science politique.

15h30 : La « nouvelle » protection du secret des affaires
Frédéric Buy, professeur des universités AMU

16h00 : Les dispositions procédurales
Gwendoline Lardeux, professeur des universités AMU

16h30 : Table ronde : La protection du secret des affaires, de la théorie a la pratique
Animée par Charles-Alain Castola, président du tribunal de commerce d’Aix en Provence
avec la participation d’avocats – mandataire – expert – juriste d’entreprise.

18h00 : Propos conclusifs

programme